page title icon L’importance du contenu

Quel contenu pour le E-commerce ?

Il n’y a aucun doute : si vous avez déjà lancé votre site de E-commerce, vous savez l’importance d’internet aujourd’hui pour tout ce qui concerne le monde de la vente et du commerce.

Pour autant, mesurez-vous bien l’impact de votre présence sur le net, et son lien avec vos taux de vente ? Google, le moteur de recherche qui totalise plus de 95% des utilisations quotidiennes dans le monde, est votre meilleur atout, mais à condition que vous le « nourrissiez » d’un contenu régulier, de qualité, et selon des normes dont il décide seul. Si vous ne suivez pas quelques règles simples, vous disparaitrez de ses pages, et votre chiffre d’affaire fondra comme glace au soleil. Car ne pas être visible sur le net, c’est l’être absolument : pas de visibilité, pas de ventes.

Comment Google analyse-t-il votre contenu ?

Sans avoir nécessairement à passer une formation en rédaction web ou « SEO », il est extrêmement important pour le propriétaire d’un site E-commerce de se représenter, dans les grandes lignes, comment fonctionne Google. Cela pourra vous être utile pour alimenter vous-même votre page, ou tout du moins pour avoir une vision sur la qualité du travail de la personne que vous embaucherez pour le faire.

Un expert SEO (pour « Search Engine Optimization ») est quelqu’un qui connait Google et ses mises à jour, et qui sait comment élaborer une stratégie faite pour le séduire tout à fait. Les « spiders », ces robots de Google chargés d’évaluer votre contenu et de le placer sur ces pages (mieux vaut être en tête, vous l’aurez compris) vont être avant tout attentifs à 4 choses à propos de votre site : le trafic, le temps passé sur chaque page par utilisateur, les liens entrants et sortants, et le taux de rebond (fait de quitter le site après n’en avoir consulté qu’une seule page. Un bon site internet veillera à faire en sorte de pousser l’utilisateur à en consulter le plus possible).

Ces 4 éléments vont faire que l’algorithme-loi de Google décidera de vous placer dans sa première page, ou dans la 172ème éventuellement.

Où placer votre contenu ?

Le fait est que si, sur cette question comme sur beaucoup d’autres, il n’existe pas une règle absolue (le SEO n’est pas une science exacte, mais plutôt une science de l’adaptation), le mieux sera toujours de faire au plus simple. Il faudra savoir proposer à l’utilisateur la solution la plus adaptée à son profil et à votre marchandise.

De sorte que pour un site de vente, l’intérêt pourra être porté sur le fait de n’avoir qu’une seule home page, elle-même nourrie par une multitude d’autres pages : cela aura pour intérêt de créer une sorte de réseau tentaculaire, facile d’utilisation pour votre client potentiel, et également facile à analyser, à la fois pour Google qui va en indexer les pages plus rapidement, et pour vous, qui serez derrière votre outil d’analyse (Google Analytics règne en maitre absolu dans ce domaine), et qui observerez presque en temps réel et à la seconde près l’efficacité de votre stratégie web ou, le cas échéant, ses points faibles.

Bien organiser son contenu

L’arborescence est bien souvent la meilleure solution, à l’heure d’internet, ou plus largement des nouvelles technologies. Afin de trouver rapidement un dossier dans votre ordinateur, si celui-ci est bien organisé, il vous suffit de suivre l’arborescence logique de votre disque dur : dossier 1, document, banque, rib, etc. Du plus large au plus précis. Il en est de même avec un site internet : page de présentation (laquelle devra évidemment être séduisante au premier coup d’œil), catégorie de produit, produit. En quelques secondes, votre utilisateur-client potentiel aura vu votre page principale, et aura cliqué sur plusieurs autres, nourrissant ainsi votre algorithme, et visitant bien sûr votre page d’un œil distrait, à la recherche éventuelle d’autres produits à acheter. C’est comme se balader dans une galerie marchande très bien organisée, mais en beaucoup plus simple.

Ainsi, tout l’intérêt sera d’avoir une page centrale autour de laquelle en gravitent d’autres : et ces autres doivent être aussi nombreuses que possibles, mises à jour fréquemment, avec une attention particulière aux retours que vous fera Google Analytics. Car Google est aussi attentif au fait que votre site internet ne soit pas un site « mort », et que de nouvelles données lui soient transmises souvent.

Sur ces pages annexes donc, vous devrez parler de votre produit plus précisément, et surtout nourrir votre champ lexical de nombreux mots-clés, lesquels sont au centre même de la fondation de votre site internet : un mot clef est un appât, pour les robots de Google, un appât très tentant. C’est notamment cela, l’optimisation du contenu : le fait de se mettre à la place de votre client, et de créer des phrases de description précises et instructives, qui en plus mettent en avant certains mots-clés, qui seront ceux de votre utilisateur, justement.

Ainsi, votre boutique pourra ressembler à ceci : home page, avec des descriptions des produits que vous vendez, page produit, et pages annexes (marques, services, partenaires, etc.). Dans ce mini-réseau, chaque élément en nourri d’autres, puisqu’il renvoie à d’autres pages.

Avant le lancement de votre site E-commerce, pensez à vérifier la Checklist E-commerce !

Le rôle des images dans Google

C’est un fait : on regarde les images plus qu’on ne lit les contenus. Il sera donc extrêmement important d’avoir de beaux visuels à proposer à vos utilisateurs, dès leur arrivée sur le site internet. Si leur nature dépend avant tout des produits que vous vendez, leur nombre importe peu : il faudra simplement faire attention à ne pas surcharger inutilement votre site, d’une part parce que cela serait désagréable à voir, et d’autre part parce que votre site a un coût, et que ce coût est notamment lié à un espace bien précis sur les serveurs, espace limité.

C’est souvent la règle en SEO : rester cohérent et naturel. Il en est de même pour votre stratégie de référencement d’images. En ajoutant de la donnée de façon structurée, vous proposez à Google de mieux comprendre votre site, et donc de mieux le placer.

Pour votre stratégie image, pensez uniquement « expérience utilisateur » (esthétique et temps de chargement de la page), et meta : metadescription et metatitle. Ces deux balises que vous connaissez forcément si vous êtes déjà passé dans les coulisses de votre site sont ce qui va dire à Google « ici, il y a ceci exactement ». En plus, cela vous offre aussi une place sur Google image, donc pourquoi se priver ?

Le choix des images vous incombe, et ce sera à vous de choisir si vous voulez en créer, en acheter, ou en utiliser de déjà existantes : en termes de SEO, cela n’a aucun impact. Par contre, pour votre client, il pourra être considéré comme étant une marque de sérieux de ne pas utiliser une image pas très jolie et qu’il aura déjà vue 100 fois…

Mais combien coûte le contenu ?

1. Le contenu éditorial/textuel

Si vous avez l’âme d’un écrivain, la rédaction de votre contenu vous coûtera uniquement du temps. Mais comme tout le monde le sait : le temps c’est de l’argent ! En plus de posséder une belle plume, il vous faudra acquérir les techniques de rédaction web afin d’optimiser vos textes. Il existe des ouvrages et des formations sur ces techniques.

Mais vous pouvez décider de sous-traiter cette tâche à des professionnels. Vous trouverez facilement une agence ou un rédacteur web Freelance qui pourra produire vos contenus.

Les tarifs de rédaction vont de 50€ à plus de 400€ par texte.  Le tarif va évoluer en fonction de ces critères :

  • rédacteur français ou étranger parlant français
  • expérience du rédacteur
  • nombre de mots
  • intégration de mots-clés
  • intégration de balise html ou texte brut
  • volume de texte à produire
  • recherche information/document

2. Le contenu Média

Pour optimiser vos pages, le contenu doit être accompagné de médias : images ou vidéos. Comment produire ces médias ? De la même façon que le contenu textuel, vous pouvez vous former à des logiciels de composition d’images comme Gimp (licence gratuite) ou Photoshop (licence = 24€/mois engagement d’1an).

Nous vous conseillons quand même de travailler avec un graphiste professionnel. Car même si vous investissez dans une formation, la sensibilité créative est plus difficile à appréhender. Le tarif d’un graphiste Freelance se base sur un tarif journalier. Ce dernier varie entre 250€ et 600€. Son expérience et sa sensibilité à votre univers fera la différence.

Pour vos besoins d’images sans composition, vous pouvez parcourir les banques d’images où vous pourrez acheter des visuels. Les tarifs sont en fonction des droits d’utilisation et du format choisit. A partir de 8€/image sur certain site. Il existe des banques d’images gratuites, mais très limitées :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.